log in

Les préparatifs

Vos étapes pour bien préparer son tour du monde à vélo.

L'idée de départ

  • Écrit par 
L'idée de départ Geoffrey Manet - all rights rederved / tous droits réservés
Évaluer cet élément
(2 Votes)

Alors oui, cela fait un petit moment qu'on y pensait, qu'on en rêvait... Mais voici venu le temps des grandes avancées. Le projet grandis. Si on y regarde de plus près, plus ça va et plus il devient gros, tout en restant dans la mesure du possible, c'est le plus chouette de l'histoire, vous comprendrez... Partons sur une envie de base, celle de voyager. On se lance dans l'évasion entre deux brides de contraintes, on se dit qu'on loupe beaucoup trop de choses et que le PEL ce n'est pas encore pour nous...

 

Suite à la casse notre camion en plein déménagement sur l'autoroute, parce qu'on ne fait pas les choses à moitié, non monsieur, j'ai eu droit à un apprentissage forcé et bien heureux de vélo-taf. Par tout temps, je m'en allais à bicyclette sur le bord du fleuve royal, sourire aux lèvres, sans oublier de temps à autre à gouter notre terre-mère grâce à l'absence de garde-boue sur mon vélo d'occasion, merci à Emmaüs et ses bonnes affaires...

Donc, emplie de cette essence du voyage qui traine un peu partout dans notre grotte, nous nous en allâmes rechercher le véhicule adéquat pendant des nuits et des nuits, allumant notre ordinateur par réflexe tel des mélo-maniaques et nous brulant les yeux sur des véhicules mythiques, tels des enfants devant le catalogue de Noël. Les 4x4 les plus extraordinaires s'offraient des péripéties au sein de notre imagination dignes des plus grands chasseurs de dragons. Les semaines passèrent où, chaque jour, nous rentrions du boulot avec une nouvelle photo à se montrer, la bouche en coeur et les yeux larmoyant en défendant, coûte que coûte, notre superbe trouvaille construit par des génies et qui pourrait même amener nos petits enfants sur la lune, sous réserves de quelques légères modifications de rien du tout. Comment cela il n'y a pas la clim ? 

S'en vient ensuite le calcul rapide de « Combien ça coûte ? », puis de « Quel plan super je peux trouver pour l'acheter pour rien ? », puis de « j'ai mal aux yeux je vais me coucher » et enfin « quand même, ça fait un sacré budget ! ». D'où la petite notion de "Éco" qui s'en suit à notre projet.En mode "Éco" comme « économique »Certes on pourrait vous dire qu'avec notre super situation le budget est large: nous avons été tous les deux des gagnants du loto de la braderie de Lille et tout cela accompagné par notre pension de vétéran de guerre et une bourse de mérite qui traînait par là. Mais que nenni. Notre budget « voyage » sera déterminé par notre labeur actuel. Autant dire qu'on part de zéro euros et trente deux centimes.

De plus, il y a un argument à rajouter, là je rattrape ceux qui nous suivent et qui se demande : « Ben dis donc, tu n'allais pas au travail à vélo ? Il est où l'écolo ?». Le pire, c'est que très rapidement j'y ai pris goût, ce petit effort d'une heure et demie pour aller et revenir me donne une patate d'enfer ! Même si je dois bien l'avouer, la tentation est grande de prendre la voiture de Chloé quand elle ne travaille pas, les pluies de la Touraine me faisant tout de même grimacer. Pour couronner le tout j'ai la possibilité de passer sur une partie de l'Eurovélo 6. Et c'est vraiment très agréable de profiter d'un trajet à vélo sans véhicules qui vous rase les mollets, j'aime garder un certain côté viril.

C'était tellement évident que nous ne l'avons pas vu venir, pourquoi acheter une voiture, prévoir un budget dépassant les 8000 euros d'essence, une assurance exorbitante, sans compter l'attente et les modalités aux frontières avec le carnet de véhicule alors que tout simplement, le vélo pouvait nous emmener à l'autre bout du monde. On remettra donc la suite de mon apprentissage en mécanique de côté et les deux bouquins achetés il y a trois jours... D'autant plus que voir le monde en gaspillant autant...En mode "Éco" comme « écologique ».C'était donc décidé, nous suivrons la politique du « pédaler plus, pour voyager plus ». Poussons le vice, nous prônerons un voyage sans avion aussi. Certes il peut s'avérer utile voir indispensable de bruler un peu de carburant à certains passages phares. Mais dans la mesure du possible, nous éviterons tout engin à moteur.

Et puis, à vélo, on peut encore partager les courtoisies d'une belle journée, bien plus qu'en voiture. Nous serons donc plus proches des rencontres et nous verrons ainsi le monde dans sa grandeur. 

 

Jojo

Ajouter un Commentaire


Notre page facebook de notre tour du monde à vélo

Log in or create an account

Pourquoi t'enregistrer ?
  1. Pour nous laisser des commentaires avec ta photo de profil et tes informations.
  2. Pour accéder à l'espace du forum afin d'échanger sur des sujets variés.
  3. Pour recevoir une newsletter et être informé quand on a des big news direct dans ta boite mail !