log in

Carnet de voyage

L'allemagne en 1 jour: top chrono!

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Nous partons donc de Saverne. Sous les conseils de Vincent et Rachel, nous prenons la direction du canal bordant La Zom dans l’idée de le longer pour rattraper ensuite l’eurovélo 5 qui part vers l’Allemagne. (Non, non, je vous rassure, nous sommes toujours en route pour le Nord-Pas-de-Calais, mais c’est plus court par là). 

 

Bien sûr, ne soyez pas dupe, si nous avons choisi de prendre le chemin le plus court et sans dénivelé, c’est parce qu’il y a du challenge ! :) Ainsi nous débutons la journée agréablement, « à nos risques et périls ». Mis à par quelques cyclistes sans sonnette, le bord du canal est très calme, pas de raz de marée ni d’alligator à l’horizon. L’idée étant de rattraper notre quota de kilomètres, la journée se passe très vite… au bout de 100km parcourus, nous campons à 5km de la frontière allemande, juste derrière les arbres bordant la piste cyclable (le coin était bien tranquille, mais il nous a fallu monter un petit escalier un peu raide). On s’exécute: déballage, toilette, installation de la tente et popote. Nous dormons comme des souches d’arbres. Le lendemain, pendant que nous préparons le petit déjeuner, nous repensons au conseil avisé de Vincent : « Un thermos c’est super, le soir tu fais bouillir un peu d’eau en plus et tu la gardes dans un bon thermos pour le lendemain matin ». Pas bête, ça nous ferait gagner du temps…

 

Nous voilà repartis pour les quelques kilomètres qui nous séparent de l’Allemagne. Passé la ligne… L’eurovélo est tout simplement ignoble. Vous avez bien 40km où elle longe l’autoroute, inutile donc de vous décrire le paysage, le bruit, l’odeur… tout y est ! Triste reflet d’une Allemagne industrielle.

 

Au bout de cette route, une ville, Völklingen, classée par l’UNESCO… Génial ! Non ?


Pas vraiment, sauf si vous aimez les labyrinthes de tuyaux, les raffineries et l’industrie du métal. Je ne doute pas de l’intérêt historique, mais quitte à donner des subventions, à faire payer des visites pour visiter d’anciennes fabriques, je trouve ça dommage que nous ne les gardons pas en fonctionnement… les subventions permettant de combler le manque de rentabilité de l’histoire. J’imagine que nos magnats du marketing sauraient trouver acheteur. Mine de rien, cette petite halte nous aura permis d’obtenir une carte des routes pour vélo à l’Office de tourisme et de gouter un de ces fameux hot dog, histoire de nous prendre pour un ouvrier en métallurgie (à 1 euro le hot dog= une saucisse géante dans un petit pain) ! Nous reprenons la route et…

… quel bonheur ! La suite est bien plus agréable dès lors que vous survivez jusque Saarlouis. Une crevaison du pneu de notre remorque (la deuxième !) nous fait râler quant à la qualité de ceux-ci… Tout de même pour le prix de l’engin, ils auraient pût y mettre des Schwalbes. M’enfin, on a le coup de main et l’événement ne nous fait perdre que 17min, chrono en main. Nous continuons par la boucle de Taben-Rodt, nous nous aventurons dans les chemins, longeons la Saar, assistons à l’impressionnant travail des gigantesques écluses, laissant passer les péniches. Nous hésitons à y lancer Sharly et sauter dedans pour continuer la balade, d’ailleurs le chauffeur nous fait de grands signes, mais on se contente de lui faire coucou. 

 

Désormais, l’idée étant de rejoindre le Luxembourg. Nous décidons de forcer un peu le pas. Non pas que je n’ai pas envie de planter la tente en Allemagne, mais je me dis que je préfère garder ce privilège pour plus tard, quand sera venu le temps de la visiter véritablement. La population allemande nous a paru accueillante et plutôt chaleureuse, mais on en était déjà bien convaincus avant. Fatigués, j’ai une folle envie de frites et nous décidons d’en manger dans un café à côté de la gare. Le soleil décline peu à peu alors une fois l’estomac plein, nous reprenons vite la route. 

 

La nuit tombe et nous arrivons donc au Luxembourg quelques mètres plus loin. Nous passons devant les 20 stations-service (l’essence y est moins chère) et au sortir de la ville de. Nous inspectons chaque intersection pour dénicher le coin dodo. Quand il fait nuit, c’est toujours délicat de trouver un endroit plat et à l’abri des regards (surtout à la sortie d’une ville). Afin de nous éloigner de la civilisation, nous décidons de prendre une petite route partant à droite vers des champs et pâtures, en plein milieu d’une descente. Au bout, un verger nous tend les bras et nous acceptons l’invitation, éreintés par notre journée de 110km. Nous montons le camp dans le noir (faut dire que nous montons la tente les yeux fermés maintenant)

 

Demain, nous traverserons le Luxembourg (et la ville du même nom) pour passer en Belgique. Ni moi, ni Kloklo n’avons jamais été au Luxembourg et faut dire qu’on est un peu curieux de découvrir ce petit bout de terre !

  
 
Jojo

 

 

Dernière modification lejeudi, 21 mai 2015 07:38
  • Date de passage: lundi, 20 avril 2015
  • Le point le plus positif: l'euro 5
  • Les incontournables !:

    La boucle de Taben-Rodt.

  • La petite galère: Une partie de l'euro 5 allemande bordé d'autoroute

L'allemagne en 1 jour: top chrono!


26 Püttlinger Straße
Völklingen, Saarland.
Allemagne ,66333

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Notre page facebook de notre tour du monde à vélo

Log in or create an account

Pourquoi t'enregistrer ?
  1. Pour nous laisser des commentaires avec ta photo de profil et tes informations.
  2. Pour accéder à l'espace du forum afin d'échanger sur des sujets variés.
  3. Pour recevoir une newsletter et être informé quand on a des big news direct dans ta boite mail !