log in

Carnet de voyage

D'une rivière vers une montagne... ça grimpe ?

Évaluer cet élément
(1 Vote)

On a vraiment profité au bord de la rivière cette fois. Enfin, encore je veux dire. Je vous ai raconté qu'on se faisait des crêpes ? Ben on en fait, dès qu'on arrive à combiner les trois ingrédients. Mais ça, c'était avant...

Une photo sous la pluie, une fin de phrase avec un suspens insoutenable, ben vous allez être déçus ! Vous pensiez lire que nous galérons (comme d'hab') Ben non ! La rivière, c'était ça ! Le sable fin, la bronzette avec des bouquins, l'harmonica (mais pas vraiment de joueurs d'harmonica) et du land art... et pas de poissons pourris ! ^^

Mais je ne vous mentirait pas, c'est pas mon genre... On a galéré. Il faut savoir une chose, lorsque dans votre itinéraire vous partez d'une rivière pour aller visiter un patelin dans les montagnes, alors attendez-vous à monter... et monter.. et pousser. Car la rivière, vos belles cuisses de sportifs, ça vous les ramollis en trois minutes chrono.

L'idée de départ était de rejoindre Plasencia rapidement et d'éviter ainsi la route qui monte... sauf que la pratique a voulue qu'on voit du pays, celui qui est beau et qui vous en mets plein la vue, quitte à souffrir un peu. Le train nous avait permis d'avoir un peu d'avance, autant en profiter pour voir le plus beau, quitte à faire un détour ! J'ai pas raison ? (Faut dire d'abord, que quand Kloklo m'a soumis l'idée, on était déjà bien engagé, j'ai d'abord râlé... mais pas longtemps et on a fait demi-tour).

Trente mètre plus loin, la montée... 9km, pas de descente, de ces montées avec des virages au bout, mais toujours pas de descente, un suspense digne d'un roman de Stephen King (y'a pas de suspens dans Stephen King). Bref, tu voit tout de suite que cette montée là... elle aura ta peau. Les automobilistes Espagnol sont sympa, ils klaxonnent une fois pour râler et deux pour t'encourager. On arrive enfin à l'entré de la ville, pas terrible... (Jaraiz de la Vera) Mais il y a une source d'eau, une vrai, sans odeur de chlore, on fait le plein et on se met en route pour une boucle dans la montagne vers Cuacos, le monastère. La dame à l'office de tourisme nous a dit :

"là ça monte un peu, là beaucoup, et là ça va..."

Trop cool ! On a même un guide des points d'eau où on peux se baigner ! Mais... mais... fait pas chaud là non ? Dommage, aujourd'hui le ciel est blanc gris, une première depuis notre départ de Barcelone.

Direction donc un monastère perdu, à la fraiche donc. C'est pas un mal, c'est que ça grimpe. Trois kilomètres de montée, ça on peut se le faire sur le Sharly, oui oui, mais après ça commence à coincer, donc on pousse...  Pause déjeuner et Paf ! La pluie ! Kloklo nous fait un remake du petit chaperon bleu Belge (cherchez pas sur Google, ça n'existe pas). Et 20 minutes plus tard, on repart. On passe devant un petit cimetière Allemand plutôt sympa et nous arrivons enfin au monastère, le bout de notre pèlerinage quotidien. Superbe bâtisse. On en prend plein la vu et on se prend pour des eucalypstus géants. On apprends que Carlos 1 y a vécu jusqu'à sa mort (Kloklo dit que je me plante, mais j'y crois). Il y a un goût certain dans l'exposition intérieure, une pièce avec un cercueil vide et un autre avec des os dans des statues représentant des vierges à la gorge coupée (des reliques que Kloklo me souffle). Les cloitres eux sont splendides ! On se fait prendre en photos par le gardiens (qui adore ça et décide de quitter son métier pour se lancer dans celui de photographe de mode). Puis nous repartons en direction de la descente... celle qui nous amènera à Garganta, avec un nom comme ça moi je m'attend à voir des géants et des haricots...

Jojo
Dernière modification ledimanche, 15 février 2015 15:38
  • Date de passage: samedi, 19 juillet 2014
  • Le point le plus positif: La moue de Kloklo sous la pluie, c'est drôle.
  • Les incontournables !:

    Le monastère de Yuste, les petits villages de la vallée de la Vera, la montagne (c'est quand même joli).

  • La petite galère: 9km + 3km + 5km + 7km... de montée... sous la pluie...

D'une rivière vers une montagne... ça grimpe ?


CCV-913
Cuacos de Yuste, Estrémadure.
Espagne ,10430

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Notre page facebook de notre tour du monde à vélo

Log in or create an account

Pourquoi t'enregistrer ?
  1. Pour nous laisser des commentaires avec ta photo de profil et tes informations.
  2. Pour accéder à l'espace du forum afin d'échanger sur des sujets variés.
  3. Pour recevoir une newsletter et être informé quand on a des big news direct dans ta boite mail !