Logo
Imprimer cette page

Arrivés à l'eau, cuits à point !

Arrivés à l'eau, cuits à point !
Évaluer cet élément
(1 Vote)

On commence à s'imprégner de l'ambiance et du rythme des habitants de cette région de l'Espagne...

Un peu comme dans le désert, les nuits sont froides, et les journées très chaudes.

On se lève avec le soleil.

On essaye de pédaler tout se qu'on peux mais à 10h il fait chaud et jusqu'à 12h le rythme en est ralenti, on lutte mais c'est encore possible (même si on est pratiquement plus efficace). Après notre journée de flemmardise, on reprend la route. On passe devant le château de Montalban, mais on continue car il est trop tôt pour les visites et après c'est trop tard pour pédaler. On va jusqu'au prochain village où on en profite pour continuer à écrire nos articles. C'est difficile de se concentrer à côté d'un groupe de jeunes espagnols d'environ 75ans. Ils jouent au "truqué", c'est un jeu de carte (avec des concombres dessinés dessus) et des capsules de bière.  Ils sont aussi concentrés que des joueurs de poker et les décibels montent très vite quand il y a des contestations.

On repart début de soirée pour se trouver un coin tranquille, que l'on trouve dans un champs de terre ferreuse et caillouteuse. Les bosquets qui nous entourrent sont truffés de toiles d'araignées pour le bonheur de Jojo qui me demande de mettre la tente plus loin. On commence à s'installer quand je tombe nez à nez avec une jolie petite mante-religieuse qui s'était glissée dans notre sac. La pauvre avait du passer toute la journée dedans et n'était pas vaillante. Je lui donne alors un peu d'eau dans un bouchon qu'elle boit goulument. Eh hop c'est reparti !

On repart de bonne heure le lendemain, on essaye de faire un peu plus de bornes pour arriver à un lac où (à ce qu'on nous raconte depuis 200km), il est possible de s'y baigner. On croise plusieurs rivières asséchées ou inaccéssibles qui nous narguent. On s'arrête à côté d'une fontaine de ville sur la place de la mairie. Je fais la lessive, pendant que Jojo prépare le pique nique et me donne à manger (faut dire qu'on est super organisés). On se lave les cheveux, un gommage pour le visage, un bain de pieds, l'instant spa en plein village... Et pour finir Jojo fait la vaisselle pendant que je vais faire des courses.

C'est magique l'eau !

On essaye de réparer le matelas mais en faisant couler de l'eau dessus on ne trouve rien. C'est pas grave, on décide de se faire plaisir en faisant des crêpes. Oui oui c'est possible sur un réchaud ! En plein milieu de la place, les gens nous regarde en souriant !

Puis pendant notre préparation, les cloches de l'église se mettent à sonner un air sombre. On voit passer un corbillard. 20 min plus tard, les cloches sonnent de nouveau mais cette fois de façon plus joyeuse. C'est un mariage ! Bon on s'empresse d'avaler nos crêpes avant de se retrouver au milieu de la cérémonie ! De toute façon, c'est plus que l'heure de trouver un coin dodo. On repart le lendemain où on essaye de tracer un maximum. Mais le soleil tape trop vite et on se retrouve à pédaler en plein cagnar en essayant de rattraper le village le plus proche pour trouver un peu de fraicheur dans un bar. Ils n'y a que des montés, l'effort est encore plus difficile. On y arrive enfin mais sans succès pour trouver un bar avec wifi. On nous en indique enfin un. Dommage, c'est dimanche et il est fermé ! Bref on cherche de l'ombre à tout pris. C'est dans un parc qu'on passe notre journée... On y fait la sieste. On repart vers 20h.

On est plus très loin de notre lac. Vu la grosseur, celui-là ne peux pas s'être évaporé ! Enfin j'espère...

C'est bon, on arrive près de notre lac on y fait un bain rapide, on visite les quelques ruines romaines et on prospecte pour notre camps du soir, avant de revenir sur nos pas pour squater un bar. La ville parait grande, mais le supermarché est tout petit et très cher. On tombe quand même sur le marché où le vendeur nous offre des fruits pour nous donner des forces dit-il ! On lui en achète d'autres, parce qu'on a besoin de beaucoup de force ! Très vite les marchand plient bagages, il est 12h30 ! L'air est chaud, très chaud. Plus personne ne circule dans les rues. Les portes et les volets sont tous fermés. On a l'impression d'être dans une ville morte. Seul les bars sont remplis et grouillant de monde. Faut dire qu'avec l'air conditionné et leurs vitres anti-UV on s'y sent au frais. On en profite pour descendre jusqu'au seul bar de la ville qui a le wifi pour vous écrire ces quelques mots. Ce soir on part se baigner... on pense à vous !

 

Dernière modification ledimanche, 15 février 2015 15:39
  • Date de passage: lundi, 14 juillet 2014
  • Le point le plus positif: Notre amie la mante-religieuse.
  • Les incontournables !:

    Les châteaux jonchant les routes, les chiens à trois pattes qui vont presque aussi vite que nous, les rivières asséchées ou inaccessibles (grands moments de désespoir), les ruines romaines...

  • La petite galère: La montée (45° sous 45°C) d'une route de graviers...

Arrivés à l'eau, cuits à point !


Calle Arroyuelo
Bohonal de Ibor, Estrémadure.
Espagne ,10320
Le site et son contenu est la propriété de l'Association Echo Tour du monde, de loi 1901, créée le 18 février 2014. Tous droits réservés. Plus d'informations dans les Mentions Légales et les conditions générales d'utilisations.