log in

Carnet de voyage

Toledo, la surprise !

Évaluer cet élément
(2 Votes)

Après notre trajet en train et la nuit blanche dans les pattes, on arrive à Toledo, en pensant arriver dans une ville industrielle proche de la capitale. Mais en voyant la gare, on se rend compte que la ville ne manque pas de surprises.

 

 

En effet, la gare est splendide, même si Jojo ferme les yeux de fatigue on en prend plein la vue. L'intérieur est tout aussi beau, on a l'impression de rentrer dans une église avec des vitraux, de la mosaïque sur les murs et des bois sculptés. Une belle démonstration de l'art Espagnol, avec une petite touche typique de l'Afrique du Nord. L'office de tourisme de la gare n'ouvrant que dans une heure (et oui, il est tôt), on se rend dans un café et on part faire les courses. Le plan en poche, on part à la découverte de cette ville. Jojo ayant installé ses pédales automatique pour tester, on sonne le départ, un, deux, trois (notre petit rituel qui ne peut se faire qu'en français, on a essayé en Anglais, et en Espagnol, mais Jojo nous a fait que des faux départs), et on s'élance pour deux mètres avant qu'on perde l'équilibre. Jojo fut surpris d'être accroché!! (c'est le principe mais il faut dire qu'on était très fatigué et que le moment était mal choisit), donc on essayera plus tard pour l'optimisation.

 

Première impression en rentrant dans la vielle ville par la porte principale, entourée de ses remparts. S'en suit un véritable labyrinthe de petites rues toutes aussi belles les unes des autres. Couvent, église, monastère, place forte, tant de joyaux qui la compose. Chaque clocher est investit par des dizaines d'oiseaux s'envolant au moindre bruit de cloche (attention à ne pas être trop longtemps en dessous, au grand désespoir de Kloklo...)

 

On décide de partir pour se trouver un coin sympa pour faire notre nuit ! Mais on ne sait pas encore qu'on est en Espagne du sud (enfin du centre mais c'est le sud du centre). On s'éloigne et pour changer on se tape une montée à 13h, on vide notre poche de 10L d'eau en 1 mètre...Bref on doit s'arrêter à l'ombre parce qu'on est au bord du malaise et trempé de sueurs. On apperçoit une aire de repos au bord de la route, ombragé par une pinède. A 5mètres de l'ombre, un anglais s'arrête en voiture et commence à nous faire la discussion (genre Jojo était en plein effort de monté et on avait du mal à parler) tout ça pour nous demander pourquoi on roule à cette heure là, en mode monsieur nous fait la morale! Bref, on s'installe sous les pins que du bonheur, sauf...les déchets. Oui, le principe de jeter ses déchets à la poubelle n'étant pas monnaie courante en Espagne. On fait une pause peinture et une petite sieste, chatouillés par les fourmis.

On repart à 17h30, mais la chaleur est encore très forte et ça grimpe sévère. On commence à traverser la campagne désertique. On passe devant un bidonville en pleine campagne, avec un quartier construit en bâche. Le village suivant, on s'arrête au seul supermarché, qui est lui très propre et rangé (les fruits sont alignés et brillant,...). On demande où est-ce qu'on peut se baigner, mais aux dires des habitants, l'intégralité des rivières et lacs de la région sont interdits car cette eau sert à la consommation. On est un peu déçut, car avec la chaleur un bain n'aurait pas été du luxe. Les arbres sont rares, tout est désertique. Il n'y a que des champs d'oliviers bien alignés, qui ne nous permettent pas d'être cachés. Mais advienne que pourra, on aura notre pause petit marseillais à côté des oliviers, et avec un superbe couché de soleil (non mais ho !).

 

Le lendemain, après notre échec du "lever tôt" à La Floresta, on retente l'expérience. Réveil 5h (enfin ça c'est le réveil qui sonne, nous on émmerge 40min plus tard et départ 7h). Et là la révélation, il fait limite froid!! Mais la chaleur revient vite à partir de 9h et à 10h ça devient difficile. On passe par une petite route débouchant sur un lac surplombé d'un canyon. Superbe.

Il est où le Sharly ?... il nous fait de l'huile d'olive pour la bronzette !

 

Passé l'heure adéquat pour pédaler, on s'arrête au village le plus proche (il était temps on avait plus une gouttes d'eau). On prend le temps de racheter une bombonne de gaz (pour remplacer celle que le contrôleur nous a fait sacrifier) et de remplacer un boulon du siège de Jojo parti. On va même voir dans un magasin de vélo pour faire une petite révision du vélo (notamment du pédalier qui faisait un petit "clic", c'est qu'on devient intransigeant). Puis, on se met dans un bar au frais pour commencer à écrire nos articles. Enfin, un peu de repos...On repart à 19h pour se trouver un coin dodo, que l'on trouve rapidement près de la rivière, protégés par les roseaux. De l'autre côté de la rivière, il y a une porcherie industrielle qui fait un bruit de film d'horreur et des vagues d'odeur nauséabonde, qui nous dissuadent de frauder et d'aller faire trempette. Kloklo est encore fatiguée de sa nuit blanche (c'est qu'elle a besoin de plus de sommeil que Jojo, en moyenne 6 de plus...), donc le réveil du lendemain est ignoré (Jojo ne se réveille pas non plus...). Cette journée sera ainsi une journée de flemingite. Pas grave, on a de l'avance. On continue nos travaux d'arts-plastiques et on pousse la chansonnette tout en survivant à la chaleur (on devient des traqueurs d'ombre).

Départ le lendemain à la fraîche pour de nouvelles aventures !

Dernière modification ledimanche, 15 février 2015 15:40
  • Date de passage: mardi, 08 juillet 2014
  • Le point le plus positif: La ville !
  • Les incontournables !:

    Toute la ville est truffée de monuments superbes !

  • La petite galère: L'essai non concluant des pédales automatiques pour Jojo, ce n'est que partie remise !

Toledo, la surprise !


1-17 Plaza Mayor
La Puebla de Montalbán, Castille-La Manche.
Espagne ,45516

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

Notre page facebook de notre tour du monde à vélo

Log in or create an account

Pourquoi t'enregistrer ?
  1. Pour nous laisser des commentaires avec ta photo de profil et tes informations.
  2. Pour accéder à l'espace du forum afin d'échanger sur des sujets variés.
  3. Pour recevoir une newsletter et être informé quand on a des big news direct dans ta boite mail !