Logo
Imprimer cette page

L'hébergement pour le cyclotouriste !

L'hébergement pour le cyclotouriste !
Évaluer cet élément
(5 Votes)

Lorsque l'on part pour voir le monde à vélo, on s'accorde et on s'attend à rencontrer des difficultés. Devoir gravir une montagne, se retrouver dans une piste boueuse, perdre le peu d'équipement que l'on a réussit à emporter, ou pire son repas du soir ! Mais le plus difficile reste sûrement...

de se rendre compte qu'il n'y a pas de difficultés, simplement de la découverte, un peu d'organisation, et beaucoup d'émerveillement. Oh bien sûr, vous aller râler, parfois, très certainement beaucoup entre le 2ème et le 10ème jours après votre départ, mais peu à peu, c'est cet état de communion avec vous-même et ce qui vous entoure qui prendra le relais (même avec cette chambre à air qui crève pour la troisième fois, si si !), au départ de façon très subtile puis elle deviendra enivrante, intense. Vous souvenez-vous, de ce temps où, le regard plongé dans ce second voile de réalité, vous vous imaginiez en aventurier sur des terres inexplorées, à sauver la vie d'un lion et qu'il en devienne votre ami ? Vous souvenez-vous avoir été cet aviateur qui survolait l'océan ? Ou encore cette fois où vous vous êtes engouffré dans l'eau pour en regarder les merveilles avant de vous rendre compte que vous y respirez tout naturellement ? Vous souvenez-vous d'y avoir eu peur ? Non, bien sûr que non, vous étiez brave, c'était simplement exaltant. La peur, vous ne l'avez connu qu'après. Et bien je dois vous avouer que c'est cette sensation que l'on retrouve après quelques jours à vélo... Cette absence de peur qui vous rapproche de votre état d'enfant profitant de la vie et curieux du monde. Sauf qu'aujourd'hui on est grand, le monde aussi et pour le traverser, il va bien falloir dormir quelque part !

Je vais sauter à la ligne tout de suite sans même parler (honteusement) des nombreuses possibilités d'hébergements payants. Je ne m'en excuse donc que trop peu, mais campings, chambres d'hôtes, hôtels et autres caravanes dorées ne rentre pas dans le cadre, je doute de vous apprendre comment les choisir, même si les seuls conseils que je pourrais donner serait de voir s'il y a l'eau chaude et de préférer toujours les établissements indépendants aux chaînes, mais ça, vous le savez déjà ! Allez hop, à la ligne !

Donc vous allez me dire, ben si je peux plus dépenser mes sous tranquillement, je vais dormir où ? Je vous rassure, le temps gagné à ne pas comparer lequel qui est le plus rentable, vous permettra soit de regarder ce ciel étoilé qui veille sur vous cette nuit, soit d'entretenir une conversation super intéressante avec des gens super sympa. Ben oui, c'est pas vraiment que c'est une valeur sûre, mais les personnes qui voyage à vélo ont généralement un attrait certain pour le respect des autres et de notre planète (je mets pas de "s", parce qu'on en a qu'une je crois). Car pour la plupart des pays ce sera les deux options disponibles, dormir à la sauvage ou chez l'habitant.


Je vous redonne les points essentiel quand au camping sauvage (qui selon les pays est plus où moins bien toléré, je le rappel). Donc de fait,

  • dormez caché,
  • soyez vigilant des points de passage.
  • ne lassez RIEN derrière vous (je vous voit au fond, oui les excréments on les laissent, mais recouvrez les d'une grosse pierre si vous pouvez pas faire un trou).
  • évitez les coins avec du vent (testé à 1200m d'altitude, le vent c'est vraiment nul),
  • prévoyez l'endroit ou le soleil se lève si vous espérez faire une grasse mâtinée (ça, c'est signé Kloklo).
  • évitez d'être près de l'eau, (démarrer la journée humide c'est pas terrible, puis moustique vous aurez, soir et matin).
  • préférez une tente discrète (évitons le rose vif sauf si vous projetez d'être enseveli sous la neige).
  • votre poubelle appétissante, laissez-la un peu plus loin.
  • la tente à double toits ça évitera la condensation et l'autoportante c'est plus pratique sur sol rocheux.
  • évitez d'être surpris par la pluie, protégez vos affaires.
  • et ma petite astuce personnelle, dormez à deux, c'est mieux ! ;)

 

Camping sauvage est très sécuritaire si vous vous cachez bien et que personne ne vous voit. Personne ne vient en pleine nuit dans une forêt pour chercher, tuer ou voler des gens. Ils s’intéresseront plutôt à une maison. Donc n’ayez pas peur, au contraire, vous serez plus en sécurité que chez vous. Dans la mesure où votre tente se ferme bien aucune bête ne viendra vous chatouiller le visage.

Donc ça c'était la solution la plus évidente lors d'un voyage à dos de vélo. L'autre un peu moins évidente, mais super intéressante, y compris pour ceux qui ne veulent pas encore partir, c'est d'héberger et/ou d'être hébergé par des anciens-futurs-amis cyclotouristes. Certains d'entre vous connaissent peut être le site "couchsurfing" qui permet d'être hébergé partout dans le monde, utilisé principalement par les backpacker ? Vous vous dîtes, "mouais mais j'ai pas confiance, j'ai pas envie de me retrouver avec Robert (désolé Robert), les bras comme mes cuisses, fan de sport automobile et de barbecu au pétrole... je peux comprendre. Généralement lorsque l'on désire aider son prochain, c'est qu'on y trouve son compte.

Héberger une personne, ça prend du temps, alors autant que ce soit sympa !

C'est là que je m'adresse à tous ceux qui hésitent encore lorsque je leur dis, partez en week-end à vélo ! Faite un tour sur le site d'hébergement pour voyageur à vélo "Warmshower" ! C'est l'étoile montante pour ce qui est des rencontre sympa. Les avantages ? C'est un petit site modeste mais fonctionnel, 100% gratuit, vous pouvez héberger des personnes qui vous intéresse, selon leur description, tous sont des voyageurs à vélo, et de tous horizons ! Que vous proposiez juste un bout de votre pelouse, ou une douche chaude et une machine à laver, votre geste sera toujours reçu avec humilité et reconnaissance. De nombreuses personnes prêtes à vous raconter leurs histoires, à écouter la votre et à partager conseils et savoir-faire. C'est par ce chemin que j'ai appris qu'au Danemark, par exemple, il y a une troisième solution, des cabanons (dont certains sont même équipés d'une cuisine !) sont a disposition pour les voyageurs, vous pouvez ainsi, via cette application, les localiser et y loger pour la nuit ! C'est aussi une raison de briser l'écran et de se rencontrer de voir directement l'équipement, de parler politique, voir des photos sublimes, découvrir des recettes de cuisine... et ensuite libre à vous d'exprimer votre ressentit sur votre invité pour ses futurs hôtes !

Mine de rien, ça fait du bien d'oublier l'argent de temps à autre, vous trouvez pas ?

Faut quand même avouer que c'est bien plus sympa de discuter avec un docteur venant de Hong Kong, un couple venant d'Australie ou un autre français en quête du bonheur, plutôt que de rester figer devant Tf1 (ou pire !) à y attendre une vison du monde que vous vous devez de croire. Loin de moi l'idée de comparer les divers quotidiens possible que l'on se choisi, mais gardons à l'esprit que diversifier au possible nos rencontres nous permet d'éviter l'ennui, c'est une certitude et le début du chemin vers cette joie enivrante et bien heureuse de notre enfance, souvenez-vous !

« Warmshower » est un site formidable et nous avons toujours eu de bonnes expériences, mais le point négatif reste la connexion internet pour prendre contact. Effectivement, vous avez besoin d’internet pour vous accorder avec votre hôte et ce n’est pas toujours possible de prévoir quand vous serez chez lui. C’est pourquoi, quand nous ne trouvions pas d’emplacement pour camping sauvage, nous demandions aux gens directement. Les gens sont un peu réticents dans un premier temps, car vous êtes un étranger et que vous demandez à renter dans sa propriété. S’il vous ouvre ses portes, il devient plus fragile en cas d’agression de votre part. Notre société majore ce sentiment d’insécurité vis-à-vis de l’étranger et nous force à nous calfeutrer chez nous en nous empêchant la rencontre avec autrui. Mais laisser lui un peu de temps et n’hésitez pas à lui raconter votre histoire et pourquoi vous demander son hospitalité. S’il accepte de vous héberger petit à petit la confiance s’instaura. Certains pays ont beaucoup moins de mal à héberger un étranger et vont le traiter comme un roi, mais cela dépend de la culture du pays. Vous devrez vous adapter. Parfois la rencontre n’est pas très amicale, mais vous pouvez être sûr que votre passage aura eu son effet sur les mentalités de par votre façon de voyager et votre position respectueuse envers votre hôte, qui se dira peut-être que les étrangers ne sont pas si mauvais.

Commencer toujours par demander un bout de jardin plutôt qu’une place dans sa maison. C’est moins intrusif et plus humble. De toute façon, ayant tout le matériel de camping cela ne sert à rien de demander plus que ce dont l'on a besoin. Et se retrouver dans la maison de quelqu’un peut être parfois déconcertant. Dormir dans sa tente permet de garder un peu d’espace à soi et d’intimité sans trop déranger son hôte.

La plupart des gens sont adorables et finiront par vous donner plus que ce que vous ne demandiez. N’abusez pas de cette charité en demandant plus et sachez refuser. C’est à vous d’analyser la situation et de voir si oui ou non vous pouvez accepter tel ou tel présent/service. Ne refusez pas tout non plus, car vous priverez votre hôte de la joie intense qui est d’aider son prochain.

Pour conclure, aller chez l’habitant de façon spontanée est une expérience riche, car elle vous permet de rencontrer l’habitant de façon totalement aléatoire. C’est pourquoi cela est souvent très intense et demande une grande adaptabilité. Si vous ne portez aucune attente sur votre hôte, nous vous garantissons les meilleures rencontres de votre vie !

Jojo.
Le site et son contenu est la propriété de l'Association Echo Tour du monde, de loi 1901, créée le 18 février 2014. Tous droits réservés. Plus d'informations dans les Mentions Légales et les conditions générales d'utilisations.